Panne Facebook, et pour vous c’est le bug

C’est l’info de la semaine : Black-out chez Facebook et ses applications WhatsApp, Messenger et Instagram, pendant 6 heures et à l’heure de pointe en France (17h45 – minuit).

Résultat : plus de 3 milliards de personnes à travers le monde bloquées sans pouvoir communiquer sur le réseau avec leurs amis, mais aussi leurs collaborateurs, leurs partenaires professionnels et leurs clients.

Alors, que peut-on en penser et comment ne plus être impacté par une panne de telle ampleur.

Notre utilisation de Facebook

De très nombreux professionnels ont une page Facebook pour communiquer, montrer qui nous sommes, faire notre publicité.

Facebook est le réseau social que presque tout le monde utilise. La plupart d’entre nous ont également un compte Instagram. Facebook propose d’ailleurs de lier les deux comptes pour gagner du temps dans la recherche de vos « amis ». Cet écosystème implique que de nombreuses personnes utilisent aussi Messenger et WhatsApp dans le cadre de leurs échanges personnels ou professionnels.

Utiliser les réseaux sociaux : oui mais pas que

Utiliser les réseaux sociaux est un moyen de se rendre visible facilement aux yeux de tous. C’est en tout cas la promesse de départ, mais aujourd’hui, à défaut d’utiliser le « boost » des publications, il n’y a que 2% de vos abonnés qui voient vos posts.

Alors, pour être sûr d’être vu et lu, il est conseillé de ne pas utiliser qu’un seul réseau social, mais bien les différents réseaux sociaux qui existent afin de communiquer avec vos clients.

De plus, vos réseaux sociaux ne sont pas votre CRM. Gardez vos contacts au chaud, communiquez avec eux par mail, et privilégiez une messagerie décentralisée et chiffrée pour vos échanges en temps réel.

Mon analyse de la situation

Ce qui vient de se passer avec Facebook, c’est un peu le revers de la médaille d’Internet et de notre manière de l’utiliser. À la base, Internet a été créé pour pour être résilient même en cas de guerre nucléaire. Une « invention » de l’armée US mise à disposition de tous. Mais notre utilisation ces dernières années, centralisée sur quelques grands groupes qui sont les GAFAM, crée des fragilités dans la pratique. Et c’est ce que nous venons d’avoir comme exemple grandeur nature avec l’incident de lundi 4 octobre chez Facebook.

C’est dans cette optique que l’initiative Dégooglisons Internet propose des alternatives pour reprendre la main sur nos données et nos moyens de communication.

Diversifier vos réseaux de communication

Cette panne chez Facebook permet de mettre en lumière qu’il est important de diversifier nos moyens de communication (ne pas tout avoir sous une seule entité mère, mais bien plusieurs applications indépendantes) afin de ne pas être pieds et poings liés aux GAFAM. Par exemple, ne pas avoir que WhatsApp, mais aussi Télégram et/ou Signal. Ne pas avoir qu’un compte Facebook, mais également un compte Twitter, un compte LinkedIn, voire même sur des réseaux plus confidentiels comme Mastodon.

Comme nous le montre cet incident technique, il y a une réaction en chaîne, quand Facebook s’arrête, toutes les applications liées cessent de fonctionner également. Et pour certains une panne de 6 heures sans pouvoir communiquer avec l’extérieur c’est long et surtout cela peut les mettre en difficulté dans leur business.

Il me semble important de tirer les leçons de ce black-out Facebook et de revoir nos manières de communiquer afin d’être sûr de pouvoir rester en contact avec nos interlocuteurs.

Si vous souhaitez, nous pouvons en discuter ensemble.

Source :

https://www.linformaticien.com/magazine/tendances/58838-les-consequences-de-l-arret-de-facebook-whatsapp-messenger-et-instagram.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.